R_1514059_1225298234label / This Is Fake DIY

distributeur / Import

contact / duels[at]murdochspace.com

dispo / 1


des mots // du son


Leeds est une ville qui sait garder ses secrets. Duels est de ceux-là. Bien gardé mais grâce à This Is Fake DIY records, et les embrouilles avec leur précédent label Nude Records , The Barbarians Move In est finalement venu à nous, et nos oreilles n'en ont pas loupé une seconde.

Découvrir cet album, leur deuxième, nous a poussé immanquablement vers les origines et l'écoute des prémices de cette pop indie avec leur premier long The Bright Lights And What I Should Have Learned. On constatera rapidement une évolution du combo vers la noirceur (The Furies), un détachement de ce qu'on appelle communément - sans trop y croire depuis la guéguerre Blur/Oasis - la "Brit-pop". Fini le tatapoum comme dirait notre
John Peel national.

Laissant la part belle à des compositions délétères à l'appui de superbes sessions guitare/piano (The Healing), ces morceaux n'ont plus rien à faire avec les faiseurs de hype et autres "gondoliers" férus d'agitation culturelle. Bien calés entre les glorieux The Auteurs et les sauvages Clinic, la place des Duels ne seraient pas usurpés. Ils sont faits des même excellences, celles qui à la fois vous apportent, outre la reconnaissance des initiés,  la fierté d'être resté entier mais qui en contrepartie, en dépit de toute la sueur versée, vous laissent immanquablement les fonds de poches vides de tous deniers.

Alors, sur la foi de ce billet, Mesdames Messieurs, à votre bon cœur, parlez en à votre disquaire.

des images