3661585164210_600label / Iris Music

distributeur / id.

contact / AK[at]murdochspace

dispo / 1



des mots // du son


Amazigh Kateb, ex-Gnawa Diffusion revient aux affaires avec ce premier album solo Marchez Noir. Un disque doux amer où il reprend des textes de son père Kateb Yacine. Un disque qui frappe fort, comme un cœur bat la chamade, comme le manifestant scande ses slogans revendicateur.

A ce titre, cet album est sorti le dix-sept octobre, date de triste histoire célébrant le souvenir des martyrs de Paris, quarante-huit ans après les sanglants évènements qui virent la police française balancer à la Seine des innocents travailleurs immigrés algériens en proie à l'époque (!) à une ségrégation de tous les instants. Je ne peux que vous conseiller à ce sujet de regarder attentivement Vivre Au Paradis, film au combien évocateur de Bourlem Guerdjou relatant ces sinistres évènements. Si le film de Guerdjou est criant de vérité, Amazigh lui non plus ne mâche pas ses mots, et la révolte à fleur de peau s'approche sur ses propres titres de la force poétique de son père.

"...Une Algérie se meurt dans une autre en train de naître..."

Marchez Noir n'est cependant pas une œuvre sombre, elle sait nous ménager des temps de saine respiration tout en regorgeant d'espoir. Un espoir certes empli d'incertitudes mais aussi d'une incommensurable volonté d'en finir avec cette irrespect patent chez nos puissants décideurs.

On retrouve évidemment en appui de tout ça, la patte "gnawa", ces résurgences africaines qui ne peuvent que marquer les esprits, tellement ces textes déjà forts de leur mots lourds de tant d'à propos, frappent profondément nos sens et pansent nos maux, sous l'impulsion de cette musique magique.

Transe cathartique et sortie de crise en chanson, debout et revanchard malgré l'indignation face aux droits bafoués à travers le globe et la dignité humaine conchiée un peu partout , ici comme ailleurs, sans que rien ne bouge vraiment.

"...Chantes avec moi, chantons pour ceux qui ne veulent pas marcher au pas..."

Comment être plus clair ?

(retrouvez cette chronique chez nos amis de Live In Marseille)



des images