Lou_VisuelAlbum_maillabel / Volvox Music

distributeur / Id.

contact / LOU




des mots // du son


"Je danse seule...A l'intérieur, en secret, je m'extirpe de la nuit", nous dit LOU en exergue du petit livret joint à son superbe disque Et Après, On Verra... .

Et après, on verra ? Pourquoi pas. Même si à l'aulne de la découverte de cet album, il serait surtout temps de se préoccuper de trouver l'endroit où le cortex de LOU a bien pu traîner ses synapses pour accéder à un tel idiome musical...Un langage à ce point dédouané de toute tutelle spatio-temporelle.

Ambassadrice de nulle part, prêtresse sans dévots - si ce n'est nous, bientôt!-, LOU, fidèle a une certaine subjectivité acoustique,  ravive au fil des écoutes la petite flammèche de l'inédit et de la surprise qui vivotait depuis un bail. Malgré ça, s'il fallait absolument lui allouer lares et pénates dont elle n'aurait vraisemblablement rien à cirer - elle a déjà son Lou(p) qui veille au grain - autant que ce soit Nico et Christophe.

Sans l'ascèse de la première, ni l'assise du second, expérience oblige, LOU
procède d'une subtilité qui écarte tout danger de redite. En ne s'encombrant d'aucuns gimmicks de rigueur, elle y va à son train, prenant tout le temps de poser sa voix, là sur quelques arpèges minimalistes, ici des percussions frottées. Une voix au bord de la falaise, lascive et suggestive, porteuse de murmures et de mots soufflés dont on toute clairement qu'ils soient anodins autant qu'inoffensifs.

Tout n'est pas nickel, rien n'est aseptisé dans ces chansons pourtant douces et délicates. Bien au contraire. Il est rare d'ailleurs que les combats introspectifs, les démons internes, la mort, les amours en danger virevoltent à ce point au-dessus d'un disque sans définitivement le plomber, le poussant plutôt du côté de ses œuvres singulières à la grâce réputée insaisissable. De celles qui fleurent bon la liberté. Si peu fréquent, qu'en ces périodes de musiques jetables, à la botte du néant, s'en est foutrement rassurant.

Et après ? C'est tout vu, nous voilà conquis ...We love LOU, et c'est tout.

(retrouvez cette chronique chez nos amis de Live In Marseille)

des images