333label / LOAF Rds

distributeur / Id.

contact / NP[at]murdochspace

dispo / 1


des mots // du son


Depuis qu'on a découvert Nickel Pressing, par l'entremise d'un premier Ep, aujourd'hui sorti sous la classieuse bannière L.O.A.F. Rds, l'idée que la formule musicale n'a aucune importance dans la qualité artistique d'un disque s'est faite loi. Au même titre qu'il est toujours possible d'enregistrer de grands morceaux avec des grille-pains.

Si on exagère un brin le trait, c'est surtout pour dire qu'ici, le rock - parce que bordel, ça en est - n'est pas une question de technique, de kilowatts ou de tenue vestimentaire, comme semble vouloir nous l'expliquer quelques éditorialistes faiseurs de mode...C'est juste une façon d'hypertrophier la chanson et de dispatcher l'énergie. Ni plus ni moins.
Effets électro, violon, basse et batterie : c'est lourd, c'est bruyant et pourtant ça sonne nouveau et ça décolle. On les imagine bien les Nickel Pressing, à usiner au fond d'une cave ce son abrasif et gras, alliage instable et inédit fait de débordements et de contrôle. Et surtout on les voit très bien insuffler à tous ces tarabiscotages soniques, des torrents d'émotion. Oui, le cœur aussi est un muscle, ces trois-là le savent. Ces six titres radicaux et intransigeants nous le prouvent.

Une claque qu'on n'a pas vu venir et la confirmation, si définitivement il en fallait une, que la musique est affaire d'énergie et de sensations vraies, de celles qui poussent à vivre, à survivre parfois même ! Les Nickel Pressing nous rappellent à quel point on se fout de savoir si un tel ou une telle sera le prochain Big Bidule hype-tech. Qu'on s'en cogne de l'industrie du disque qui n'a finalement rien avoir dans tout ça.  Et que finalement, cet Ep est beaucoup trop court. Vivement une suite !

(retrouvez cette chronique chez nos amis de Live In Marseille)


des images


 


Nickel Pressing "live au Clacson"
envoyé par r2ziktv. - Regardez plus de clips, en HD !