aurelien_mlabel / Le Saule

distributeur / Id.

contact / AM[at]murdochspace

dispo / 1



des mots // du son


Aurélien Merle est bien connu de nos services. Il nous avait enchanté avec For Words, Perhaps ?, album sublime où il mettait en musique douze textes du sorcier poète William Butler Yeats.

On le retrouve sur ce Vert Indolent, avec ses propres mots, chantés en français. Passé cette surprise - plutôt bonne finalement - on profite pleinement de ces dix titres élégants, aussi colorés qu'un bouquets de fleurs sauvages. Dix mesures languides à souhait, efficaces comme un doigt qui, posé doucement sur la bouche, parvient à entretenir le secret.

De retour sur un petit label à l'oreille alerte - Le Saule - le chanteur au nom d'oiseau continue son chemin discret, en marge des circuits balisés de la chanson française ; et généreux, nous embarque avec lui pour quelques embardées pop'n'folk de toute beauté( une bossa nova fait même son apparition). Toujours bien accompagné - quelques voix invitées, des instruments aussi - Aurélien s'est chargé de tout : de l'écriture (hormis pour C'est Cousu et Un Doigt Sur La Bouche où il est assisté de Jolyon Derfeuil réalisateur angevin et chantre de poésie spontanée) à l'enregistrement. Et ça s'entend !

Cohérent de bout en bout, fragile mais bien droit dans ses bottes, Vert Indolent est d'une prodigieuse musicalité, portée par une poésie insouciante qui goûte plus que tout la joie de divaguer, de laisser nonchalamment filer ses idées au gré du moment...Celui vécu...Celui fantasmé...La limite ici n'existe plus. La ballade n'en est que plus belle.

(retrouvez cette chronique chez nos amis de Live In Marseille)

des images