jim_yamouridis_into_the_daylabel / Starlight Walker

distributeur / Id.

contact / JY[at]murdochspace

dispo / 1

 

des mots // du son


Roots...Là un petit foyer bluesy, plus loin un tumulus folk. L'americana revisitée, le western, le vrai, en concentré...Onze titres en fait, que Jim Yamouridis plaque sur c nouvel album - Into The Day - sublime digest country blues auquel une fois de plus Seb Martel apporte sa science de la production boisée (le précédent Travelling Blind).

Impossible de ne pas penser à Johnny Cash, à Nick Cave aussi : Warren Ellis joue de son violon ici, Conway Savage a déjà produit Yamouridis, ce dernier est pour parti citoyen australien...Y'a de quoi les rapprocher ! Détails  fnalement mineurs au regards des ballades frissonantes qui mettent cet album à l'abri de tout soupçon de pastiche.

Spleen lumineux, tristesse noire finement fardée par des orchestrations où contrebasse, clarinette, violon sont les éléments moteurs. Pas moyen de résister à la séduction de ces mélodies habitées par cette voix de funambule ténébreux.

On flirte avec les sommets des Appalaches, la tête dans les nuages,  là on patauge plutôt dans le bayou du rembetika dans les oreilles, sans dévotion pour des cultures qui ne sont pas la nôtre, juste pour passer du bon temps. Et pour cela, on prendra Jim Yamouridis tel quel, pour passer l'hiver près du feu avec cinq, six potes sans embrouilles, rencontrés un beau matin de cuite, des mecs, des filles prompts à rêvasser au son de ces chansons qui nous tiendront jusqu'au printemps...La preuve, on est toujours dessus.


des images



Rencontre Interview avec Jim Yamouridis par artemedia-television