landscape_landscapelabel / Square Dogs

distributeur / Id.

contact / L[at]murdochspace

dispo / 1

 

des mots // du son


Combien de songwriters sont-ils capable, dans notre cher pays de France, de saisir, en anglais, leur auditeur à la gorge, de leur hérisser les poils, de prendre possession de leur âme ? Guillaume de Chirac, de retour avec son projet Landscape, est de ceux-là. Pour l'occasion il s'est entouré de membres de Carp, Jil Is Lucky et d'Overhead , dont un Nicolas Leroux, échappé de The Fugitive Kind, qui apporte une nouvelle fois sa science du chant. Une voix intemporelle qui file les frissons, emportant tout sans qu'on puisse y résister.

Avec cette remontée d'on ne sait quel purgatoire, les mélodies qui sourdent de cet album s'imprègnent d'une puissance cinématique remarquable, privilégiant les atmosphères et les ambiances impressionnistes, construisant au gré de morceaux pop échevelés ou plus lents et apaisés, une sorte de paysage mouvant, méticuleusement détaillé à l'aide de guitares, en bois ou pas, de piano, Fender Rhodes et autres claviers...

Jamais délétère ou nifflant, ce disque des Landscape narre des histoires elliptiques où la liberté hante les grands espaces, menace de disparaitre, de se briser mais parvient ,malgré sa fragilité, à basculer entière dans notre réalité. Oui, ce disque libère. Merci !

(retrouvez cette chronique chez nos amis de Live In Mars')

des images