La-Feline-Wolf-Wheel_diapo_full_gallerylabel / BS Record

distributeur / autodistro

contact / LF[at]murdochspace

dispo / 1

 

des mots // du son


Si on se plongeait dans chaque disque en arguant qu'il est primordial qu'il procure son instantanée de joie sous peine de passer à la benne, on n'attendrait même pas la fin du premier morceau de cet Ep de La Féline, histoire d'aller voir ailleurs s'il s'y passe quelque chose de neuf.

En revanche, on peut avoir l'aplomb irraisonné de croire que la découverte d'un disque et de l'univers qu'il contient, peut n'être qu'un pur et spontané instant de plaisir. Dans ce cas de figure, dès les premières secondes de cet irrésistible Wolf & Wheels, on optera pour une attitude digne d'un de ces bons gros moments de jubilation que la pop music se plait à nous faire vivre : mine joviasse, gesticulation brusque des membres supérieurs, invasion impromptue du bassin et du reste par une marabunta bien décidée à nous mettre en nage.

Kate Bush, Sugarcubes, The Knife aussi, sont à première vue les deux mamelles que biberonne goulument La Féline (la voix d'Agnès jouant à plein dans cette impression).
C'est évident maintenant, ces trois-là (aidés derrière les manettes par un certain Pokett, bien connu de nos services) nourrissent une passion dévorante pour les mélodies pop sensuelles et synthétiques, ingambes et ambigües, que propulsent avec force des claviers Roland (JX3P¨et JX10) se surpassant comme rarement.
Après, c'est clair, ces huit titres ne changeront peut-être la vie de personne, mais franchement il leur a suffi de quelques va-et-vient sur le tourne-disque pour s'inscrire durablement dans la notre, y occupant pour le coup une place de choix : celle du goût, de la finesse, de l'intelligence délicate. Et, bordel ça fait du bien !

(retrouvez cette chronique chez nos amis de Live In Marseille)

des images


La Féline - Mystery Train from marthetmartin on Vimeo.