hifiklub_album_cover_from_coast_to_coastlabel / Parallel Factory

distributeur / Abeille Musique

contact / H[at]murdochspace

dispo / 1


des mots // du son


S'intéresser à la carrière d'Hifiklub pourrait relever finalement d'un voyeurisme assez nauséabond. Imaginer un trio toulonnais qui prend la poudre d'escampette pour les États-Unis d'Amérique, revendiquant par là sa géométrie variable, son ouverture et son goût pour les vieilles gloires d'un rock en marge - Lee Ranaldo, James Chance...- c'est un peu , avec une bonne touche de mauvais esprit, comme attendre qu'un toréador se fasse émasculer, qu'un alpiniste dévisse, qu'une patineuse artistique se gamelle. Mais les Hifiklub n'ont que faire de notre mauvaise langue ! En atteste cet excellent troisième lp enregistré avec Alan Johannes - oui, le producteur du Queens Of The Stone Age - dans le désert angeleno. Les trois de la rade continue sur leur fil une progression au dessus des gouffres cafardeux d'un rock français qui en se rêvant d'ailleurs se fourre souvent le doigt dans le fantasme jusqu'au coude. Ici, ils évitent ce genre de désagrément, et c'est tant mieux pour tout le monde !

Avec cette nouvelle collection de lames froides, et gravement aiguisées, on ne peut que constater l'évidence : ces gars là ont une totale maîtrise de leur destin. Sur un tempo général lourd mais enlevé, From Coast To Coast décline un magistral cours d'artificier, explosant de morceaux en morceaux un mur du son sans cesse rebâti, pierre par pierre autour d'une voix sur la tranche du rasoir et des guitares atomiques, denses.
Aride comme le désert qui les a accueilli pour juste onze jours d'enregistrement, et vénéneux comme les scorpions et les crotales qui furent leurs voisins de palier, la musique du Hifiklub s'impose comme une nouvelle voie ascendante offerte au genre. Une sorte de vrai-faux cousin d'Amérique qu'on est bien heureux de retrouver en si bonne forme ! La classe !

des images