kf

 

label / Autoprod

distributeur / Autodistro

contact / KF

 

des mots


Et voilà ! Un disque sublime et agité. Hirsutes, hallucinés et brûlés jusqu'à l'os, la Francilienne Sophie Perez (Tulla Larsen) et l'Australien Glenn Burns (Womnal, Burn In Hell) ancrent leurs textes habités à une interzone brumeuse d'une chaîne rouillée qui ne demande qu'à rompre sous les coups de butoir d'un blues-rock des plus cramés. Travaillés à deux sur les scènes les plus fumeuses de France et de Navarre (nous en fûmes !), c'est sur disque avec un groupe de quatre musiciens au taquet que les Killing Flies prennent leur envol en annonçant la couleur :

"Feed Me Vodka, Feed Me Wine
We'll Have That Last Drink
One More Time"

Fanfare possédée, en marche psychiatrique, les pieds dans la pénombre, ces hobos déglingués avancent à coeur ouvert. Pas une once de chiqué, pas une seconde de provoc' gratuite : les Killing Flies incarnent trop leur musique, bave aux lèvres et regards cinglés, pour douter de la sincérité inquiétante de ces chansons où le diable claudique et éructe ses cantiques maudits, le visage crépi de boue, de foutre et des larmes d'un(e) autre.
S'immerger dans ce disque, rien de plus simple. Là où ça se complique c'est quand il faut en sortir, s'en défaire. Intrusives, invasives, appuyant chaque mot, chaque note, leurs deux voix en fusion parfaite vous percuteront et vous hanteront jusqu'à l'obsession.

Fascinant voyage dans les méandres de leurs cerveaux cabossés où l'amour et la violence dansent sur les tables, brisent du verre et se saoûlent jusqu'à plus soif, cette musique nous offre un aller sans retour pour une terra incognita qu'on fantasmait depuis si longtemps, et où on ne cessera plus désormais de se perdre.

Merci à eux de nous avoir ouvert en grand les portes de ce monde interlope qui interrogent nos sens et défrichent au chalumeau le champ des possibles des bringues à venir : sauvages, psychotropes et bouillantes ! BLAM !!

 

du son