valier

label / L'Eglise de la Petite Folie

distributeur / Id.

contact / V

 

 

des mots


 

Message à caractère informatif pour le Jeune : sache, le Jeune, que Valier n'est pas une marque de rhum haïtien mais le nom d'un crooner pop'n'roll légendaire, figure de la nuit rennaise des 80's dont les roucoulades poétiques et rauques qui, Rue de la Soif downtown, ont enivré à l'époque une tripotée de gens comme toi, n'ont jamais vraiment cessé de résonner.

Sans nouvelles discographiques depuis 2014 et son classieux Cavalier Seul -  et voici que le sieur Valier s'en revient nous titiller les synapses avec sous le coude un nouveau Lp.
Avec la voix d'Ooti et les arrangements de John Trap comme garde-fou, dans un répertoire qui voyage de ses propres textes (dont des réadaptations issu du précédent album) aux reprises de Taxi Girl ou Damia, ce chanteur ermite parcourt les grandes plaines de la chanson française sans donner l'impression d'y toucher vraiment. Un brin pop dilettante, un peu m'enfoutiste punk sur les bords avec une once d'"aquoibonnisme" blues ! Inclassable autant qu'incontournable !

Valier est de ces Touche à tout DiY superbes ; écrivain, compositeur et interprète de ses propres mots comme de ceux des autres : on l'a dit Damia et Daniel Darc ont ses faveurs. Que dire alors de celles qu'il fait au Trad'breton, à Chateaubriand et Michel Tonnerre dont il reprend un morceau et à qui il en dédit un autre ? La classe , tout simplement.

La vraie bonne nouvelle, c'est qu'il ne se contente pas de faire ou revisiter des chansons, il reprend surtout les choses là où il les avait laissées au soir des années 80, tirant le fil de la pelote de ses expériences en les transcendant, les embarquant dans des embardées pas possible avec cette même ferveur bien calée entre extase et angoisse.
Exilé volontaire dans les Monts d'Arrée, réfugié artistique chez les joyeux lurons de l'Eglise de la Petite Folie, épaulé derrière les manettes par le sorcier esthète John Trap. Tous les voyants étaient au vert pour réussir son coup, et ma foi c'est carrément le cas. Parfaitement produit et chanté, Valier et sa petite tribu évitent toutes les boursouflures normatives de ces disques de vieux beau dandy sur le retour.  Tout bonnement parce que finalement il ne revient pas ...Il continue.  

Alors non, Valier n'est toujours pas du rhum, mais si une chose est certaine en ce bas monde, c'est qu'il vieillit drôlement bien. Et Le Grand Frisson est assurément sa meilleure cuvée à ce jour. Bravo !

du son