midget

label / Objet Disque

distributeur / id.

contact / M!


 

des mots


Dès le début de ce nouveau disque au titre sublime - Ferme Tes Jolis Cieux - signé sur le non moins génial label Objet Disque, on écoute Claire Vailler, la moitié de Midget! enluminer d'une jolie voix plaintive - contemplative plutôt - chargée en regrets mais pas en amertume, la musique de Mocke qui lui était la moitié d'Holden tout en étant l'autre partie de notre duo...Vous suivez ?
Un morceau d'ouverture - Premier Soleil - fervent autant que livide, liquide en fait...Un morceau-fleuve en crue calme qui capte l'attention, au fil duquel on pénètre leur monde symphonique. Prêt ? Laissez vous flotter, couler si vous le voulez, mais laissez vous aller !

On pourrait parler de musique fantasmatique pour cette écriture vaporeuse, accidentée. La musique du monde des rêves, plus dans ce qu'ils revêtent de complexités, d'inquiétudes et de fantomes que de douceur et de joliesse. Même si ces rêves-là, baroques et courbés restent d'une beauté sans pareil. On pense directement à ceux dépeints en leur temps par Brigitte Fontaine et Areski, le venin en moins, les spectres plus affolants.

Voilà donc une musique indomptable, tellement contemporaine et pourtant chargée de tant de réminiscences. Comme autant de stigmates d'une longue nuit d'éther, où la mélancolie est cosy mais les fleurs qui la jonchent, pleines d'épines, et dans les interstices, des herbes devenues folles.
Ferme tes Jolis Cieux (aaahhh ce titre...Rhaaa Lovely !) est un disque fascinant parce qu'en équilibre quasi magique entre le charnel, le sensuel et la psyché. Un disque physique et cérébral, brassant avec liberté, avidité et quelle maestria les effluves acoustiques les plus délicates comme l'électricité la plus retorse. Il y a une sorte de souplesse, de nonchalance éthérée - tiens, on y revient ! - qui prend le contrôle et ma foi, libère. Alors, amies lectrices, amis lecteurs, libèrez vous !

Et fermez donc vos jolis cieux !



du son