fits

label / Father/Daughter rds

distributeur / import

contact / F


 

des mots


 

Aux oreilles averties, le nom de Fits, associé à ceux de ses membres Nicholas Cummings, Joe Glarraga (Big Ups), Emma Witmen aka gobbinjr et Brian Orante (Fern Mayo), pourrait sonner de familière façon. Et encore. Gageons donc, qu'il aurait pu s'écouler encore des millions d'hectolitres de flotte sous les ponts de Brooklyn et d'ailleurs avant qu'il puisse sonner d'une quelconque manière à vos oreilles aguerries. Mais c'était sans compter notre entreprise quotidienne de défrichage sonore...Ha ha !!

Passé à travers les mailles du filet de l'actu discographique (ça date de fin 2017 tout ça, oh la la...), on ne pouvait en effet se résoudre à vous imaginer dans la méconnaissance totale de ce drôle de combo power pop et punk à souhait. Et franchement, on ne vous voit pas accueillir avec scepticisme ou pire encore, indifférence, ce All Belief Is Paradise, premier album de ces jeunes gens des Five Burroughs.

A l'initiative de leur leader, N. Cummings, ce disque est en majeure partie écrit en réaction à la mort de la mère de celui-ci, évènement funeste s'il en est qui le pousse à se replonger dans les souvenirs d'une enfance difficile, et fait remonter le lourd questionnement de l'identité queer dont il se revendique. D'où la teneur de cet album, écrit dans l'urgence du moment, comme une sorte de défouloir cathartique. Douze morceaux pliés en moins de vingt minutes . Rarement groupe aura si bien porté son nom : les FITS !

Outre la violence inhérente aux évènements vécus par leur meneur, ils parviennent à gerder une vraie fraîcheur, une sensibilité à vif, pas mal d'humour aussi, bien caustique, ce qui les sauve de l'impasse esthétique que peut devenir la catharsis en musique.
Alors, comme nous n'avons pas pour fonction de rabattre le chaland à tout prix, on ne va pas vous accabler de tout un fourbis d'hyperboles fracassantes et autres effusions aguicheuses de jouissances promotionnelles. Non, désolé, ce n'est pas le meilleur album de tous les temps de la semaine, ni du mois d'ailleurs. Mais qu'est ce qu'il nous fait du bien à chaque fois. Et vu sa durée, on n'a pas le temps de s'en lasser, ni de scrupules à se le repasser en boucle. Essayez, vous verrez, ça fait son petit effet. Juste avant le printemps, ça pousse bien au cul !

[retrouvez cette chronique chez les potos de CASBAH RECORDS]


du son