polarmoodlabel / Yolk records

distributeur / Anticraft

contact / groscube[at]murdochspace

dispo / 1



des mots // du son


Ceux qui auraient croisé la route du Gros Cube, ne serait-ce qu'en ayant marqué au slip kangourou, dans ses pérégrinations musicales, le trublion Philippe Katerine, avec qui le combo nantais avait notamment entrepris il y a peu quelques réorchestrations tendance Big Band de ses morceaux, seront sans aucun doute, à l'écoute de ce Polar Mood, définitivement convaincus par les impressionnantes ressources de cet ensemble.
En effet, cette troisième sortie chez Yolk Records de la bande à Alban Darche n'a absolument rien à voir avec le travail foisonnant entrepris avec l'homme en sous-pull rose.
Ici, Le Gros Cube et ses 15 porte-flingues s'insinuent dans l'ombre du film noir et donnent dans l'imagerie musicale bien connotée 70's où, du Cercle Rouge au Samouraï, et bien au-delà du fait que Delon puisse apparaître supportable (un exploit en soi !), les réalisateurs comptaient énormément sur leurs compositeurs de bande-son pour transcender leurs actions en donnant du volume à leurs intrigues.

Avec Polar Mood on est dans l'aridité de la forme au service d'un certain bouillonnement du fond. Des idées, il y en a à gogo dans cet opus, et ce même si des influences comme celles de Delerue restent palpables. Un excellent compromis en fin de compte, entre références et inventions, impro et calcul.

Une belle réussite que cette série noire en 10 chapitres troussés à 30 paluches, intenses comme un suspens de Melville, tendus comme un cran d'arrêt, classes comme un vieux  borsalino.

(retrouvez cette chronique chez nos amis de Live In Mars')


des images




PVVDT
envoyé par meivelyan