camphor_drawntodust

label / Friendly Fire Rds

distributeur / Import

contact /
 camphor[at]murdochspace.com

dispo / 1


des mots // du son


Première tentative discographique de Max Avery Lichtenstein, compositeur de musiques de films indépendants (dont l'excellent Jesus'Son avec Billy Crudup), Drawn To Dust est un magnifique disque aux consonances cinématiques remarquables - tiens, tiens !  (Daybreak, le morceau d'ouverture en dit déjà long). Mais pas seulement.
On y trouve aussi des pop-songs, tintées de country(Castaway) et de folk, dans un registre épique voire carrément lyrique (Confidences Shattered) rarement rencontré finalement dans ce genre de musique, dirons-nous "Rock Indé", pour résumer l'inrésumable.

Véritable disque de saison - l'automne bien sûr - où il est question de jours finissants, d'amours déchus sans pour autant que le pathétique et la larmoyance ne prennent le pas sur la flamboyance et la subtilité des sentiments exprimés (pour preuve irréfutable le superbe Beauty In Ruins ).

Assisté dans cet ouvrage par toute une ribambelle de musiciens hors normes issus de groupes aussi pointus que variés tels que Bright Eyes, Mercury Rev ou Beirut - on pense alors à l'approche collective du Broken Social Scene - Camphor est un projet malgré tout hautement personnel, fascinant par endroit, émouvant souvent, qui en 13 titres s'insinuera, sans trop de mal, dans un bon nombre de subconscients friands de ces chansons "mille-feuilles", où les arrangements pluriels côtoient des mélodies parmi les plus organiques qui soient, elles-même arrimées à des textes on ne fait plus chiadés, d'une puissance évocatrice déchirante (il faut écouter crépiter les mots enflammés de Tired Light, c'est sidérant de vérité), le tout pour y combler une absence ou finir d'apaiser quelques douleurs latentes...comme du camphre.

Oui exactement, comme du camphre !

(retrouvez cette chronique chez nos amis de VoxpopMag & Live'in Marseille)

des images




Castaway (Music Video) from Camphor on Vimeo.