zedek

label / Thrill Jockey

distributeur / Id.

contact / TZB

 



des mots


En trente ans, les disques de Thalia Zedek (plus d'une vingtaine), depuis ses projets Come, Uzi ou plus récemment E. et leur sublime Negative Work ne sont jamais vraiment passés inaperçus. Pourtant, elle reste une artiste assez mal identifiée sur la scène rock internationale, malgré une musique toujours décloisonnée, aux idées larges et à l'intelligente alerte. Un trésor trop bien gardé !

Gageons qu'avec ce nouveau Lp, construit sous l'égide du Thalia Zedek Band et signé à nouveau chez les mythiques Thrill Jockey, ce déficit d'image pourrait s'améliorer. Ce Fighting Season mérite qu'on en parle.

On y retrouve cette voix torrentielle, charriant autant de pépites que de pavés, cette exprissivité déchirante, ce lyrisme de chaos en même temps que bien ordonné. Une insolente bravoure et une véritable rage s'associent ici autour de ces neuf titres compacts et racés.

Thalia Zedek et son groupe qui la suit depuis quatre ans maintenant, associés à quelques briscards comme J. Mascis (Dinosaur Jr) et Chris Brokaw (son collègue de Come), nous offrent un disque de combat. Politique dans ses moindres recoins. Sans doute son meilleur à ce jour.
Elle plonge l'auditeur au coeur du volcan de son âme, puis l'embarque sur ses pentes cendreuses où ne poussent guère que l'évidence. La colère y est sourde, palpable, portée avec vigueur par un verbe explosif et percutant.

Après, s'il fallait vraiment lui trouver des compagnes d'insurrection, on pourrait remonter assurément du côté de Patti Smith, ou chercher auprès de ses contemporaines Carla Bozulich ou la plus jeune Shannon Wright. On retrouve ici cette même force et cette prose de torchsongs tour à tour intimiste, militante et révoltée. Une parole qui bouscule jusqu'aux tripes, qui s'approche de l'essentiel, concise et pénétrante, à l'extrême opposé des discours lénifiants et de la dictature mollassonne des mots d'ordre. ici le propos se veut entier, direct, proche l'os même. Incisif comme les volutes d'électricité que Thalia Zedek fait surgir de sa gratte, entrelaçant une rythmique lancinante qui englobent le tout.

L'été se termine. La saison qui suit sera celle de la lutte. En tout cas le Thalia Zedek Band a d'ores et dejà fourbis ses arguments. Ses armes : sa plume, sa voix et sa guitare qui trône sur la jaquette du disque avec son sticker "FCK NZS" ostentatoire.
Oui, elle est prête et croit en nous. On a envie de lui faire confiance.


[retrouvez cette chronique chez nos amis de dMute]

du son