m_315462cf3e914f39a662912c6ab27581label / Geo records

distributeur / Import

contact / gagarin[at]murdochspace.com

dispo / 1



des mots // du son


Gagarin sort sur son propre label Geo Records, ce nouveau disque : Adaptogen. Le point culminant de plusieurs années de créativité exacerbée pour cet explorateur insatiable. Un personnage au cursus bien rempli.

Batteur de formation, Graham Dowball a d'abord fait parti du groupe culte mancunien Ludus avant de travailler avec l'égérie rock Nico - oui celle du Velvet Underground - et des artistes aussi pointus et reconnus que John Cale ou Bill Pritchard, pour finir acolyte atitré du grand et ravagé David Thomas des non moins fracas Père Ubu.

Sur Adaptogen, Gagarin poursuit son travail de concepteur sonore et reste fidèle aux principes directeurs de ces précédentes sorties sous cette bannière spatiale. A savoir faire se confronter éléments urbains et pastoraux, modernisme glacial et luxuriance plus archaïque.

Des mélodies douces et planantes, zébrées de glitchs nerveux et de fields recordings, le tout saupoudré de drones et de distorsions acidulées constituent la trame d'un disque où programmation synthétique et improvisation plus organique se croisent sans cesse.Et s'il ne révolutionne pas le genre, Dowball est suffisament talentueux et ingénieux pour produire une musique qui ravira les férus de voyages en électronica.
De ceux qu'on faisait certes il y a déjà 20 ans en découvrant les planètes Warp et Rephlex, et après ?

Pourquoi se refuser de telles périples aujourd'hui ? Juste un casque sur les oreilles, l'esprit vagabond, les doigts de pied en éventail, tranquillement mais surement, comme on se baffre une madeleine, hein ? Pourquoi s'en priver ? Et la nostalgie camarades, merde à la fin !

des images