asojtilaws12lh7label / K.I.M.

distributeur /id.

contact / ASoJ[at]murdochspace

dispo / 1


des mots // du son


A Second Of June joue du rock comme  Liu-Yu Te s'avance dans la trente-sixième chambre des maîtres Shaolin. Rage dedans, self-control dehors.

Ces Alsaciens jouent sur The Inside Laws, leur premier opus, une musique à la beauté froide mais pas frigide, sombre et éclairée.
Intelligemment mises en avant, les références - Bauhaus, Joy Division, The Cure, j'en passe et des plus noires - pleuvent mais ne noient jamais l'écoute dans toutes ces histoires tant de fois ressassées.

Bien entendu, c'est indubitable, les gars d'A Second Of June ont à l'évidence appris à composer avec sur l'épaule ces esprits givrés made in UK. Tout y est , tension, anxiété, violence sourde, assortie de cette incomparable élégance britonne, préservée jusqu'au tréfonds du gouffre d'où remonte cette musique.

Ils sont rare ceux qui, par chez nous, conjuguant au présent ces influences outre-Manche, parviennent à maîtriser cette sale alchimie de sang et de glace mêlée. A Second Of June, en est.
Bizarrement, jamais ici, l'écoute n'est aussi perturbante que devrait l'induire de telles sonorités
caverneuses, de telles incantations marmoréennes. Bien au-delà de la cadence martiale de leurs rythmiques, le tumulte hypnotique des nappes sonores qui les englobent, nos Alsaciens ont découvert leur pierre philosophale : le secret de la mélodie imparable, celle qui se fout des poseurs et des plagiaires. Celle, humble et maîtrisée, qui n'en a rien à cirer de changer la face de la musique mondiale, scandant juste sa vérité, avec sincérité, pour finir par convaincre, avec brio et sans jamais lasser.

Une sacrée réussite ma foi, et de belles choses à venir, on le sent.

(retrouvez cette chronique chez nos amis de Live In Marseille)

des images