myconcubine

label / Happy Home rds

distributeur / Differ-Ant

contact / MC

 


des mots


Pour beaucoup, la chanson pop à la française est une utopie, une chimère sur lesquelles se cristallisent et se figent les fantasmes les plus grossiers ou les attitudes les plus putassières, dominées par ces facilités stériles qui aveuglent le libre arbitre au profit du clinquant et de l'esbrouffe.

Au milieu de ce marigot, quelques illuminé.es ont de tout temps su imposer leur vision alternative : C.Trenet , S.Gainsbourg, A.Bashung, D.Darc, J.Higelin et chez les vivants J.Greco, F.Hardy, E.Daho, B.Fontaine, Dominque A et quelques autres ont réussi à creuser quelques tunnels, soucieux par dessus tout de ne pas laisser leurs idées moisir sur place. C'est dans ce genre de poche de résistance que My Concubine s'est forgé un goût sûr.

Quelqu'un dans mon genre, leur dernier Lp en date en atteste. Il aura fallu tout de même attendre sept ans pour retrouver les voix d'Eric Falce et Lizzy Ling. Le producteur Yann Arnaud déjà présent sur le précédent opus est aussi de la partie.
Dès les premières notes, on sait qu'à nouveau il ne sera pas question de compromission, de strass et de paillette. Au contraire. Juste de la sincérité et de l'humanité. A la pelle !

D'emblée ils abattent leurs cartes maîtresses. Des voix enjôleuses qui insufflent instantanément la vie à leurs chansons servies par un songwriting limpide, joueur, canaille et charnel qui à certains moments semble même succomber à ses propres charmes. C'est là la marque des grands alchimistes, non ? Le pouvoir de s'envoûter soi-même. Mais attention, rien d'égoïste là-dedans, bien au contraire.
En clair, ces onze titres s'éparpillent aux quatre vents d'une pop lettrée de grand chemin, amoureuse des traboules qui rallongent les voyages plutôt que les raccourcir. Onze morceaux où chants, guitare, violon et orgue serrés les uns contre les autres au coeur chaud d'une rythmique robuste, frémissent de si bien se sentir, si bien se comprendre.

Au final, on se retrouve baignant avec eux dans une musique fragile, humble, jamais hâbleuse, un brin coquine aussi (Menu Special devrait vous faire son p'tit effet) qui ne fait pas dans la poudre aux yeux. Son credo : rayonner de mille éclats.
Chez des orfèvres pop aux doigts fins dans leur genre on sait pourquoi brillent les chansons-diamants. Certainement pas pour acheter l'auditeur, mais bel et bien pour le séduire. Résister quand la séduction se pare de tant de charme serait inconscient. Criminel, carrément ! Alors laissez-vous aller. Ecoutez My Concubine !

du son